À propos

Le temps n’est plus où Raymond Picard pouvait dédaigneusement qualifier Esther et Athalie de « pièces pour patronage ». Si le dramaturge abandonne la séduction chatoyante des mythes grecs et le passé grandiose de l’histoire romaine, c’est pour aborder un domaine plus ambitieux et plus poétique encore: la geste du peuple hébraïque, dont l’épopée providentielle détermine si directement à ses yeux le cours de l’Histoire et la destinée de l’humanité. Par leur ambition philosophique et théologique, par leur perfection littéraire, par la vision historique qui s’y déploie, Esther et surtout Athalie figurent l’aboutissement de la carrière de Racine, son chef d’oeuvre, et comme son testament. Jamais encore les contradictions tragiques n’avaient été si intensément interrogées, et jamais la parole théâtrale ne s’était approchée si près de la puissance du Verbe divin.

Ce blog a été conçu à l’occasion du programme d’Agrégation de Lettres (2017-2018). Il correspond à un cours dispensé à l’université de Rouen Normandie

Tony.gheeraert@univ-rouen.fr

« Esther et Athalie » de Jean Racine

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search