Au hasard du Web: quelques “trésors secrets”

En préparant ce blog, j’ai glané sur la Toile quelques papiers en libre accès qui m’avaient échappé lors de la confection de la bibliographie, et dont voici les liens, et des résumés commentés.

  • Sur Academia.edu, deux travaux de Thérèse Malachy (université de Jérusalem); l’un porte sur Esther et l’Ancien Testament (cliquer pour le télécharger). L’auteur s’y montre sévère avec notre dramaturge. Elle pointe le simplisme psychologique et manichéen des protagonistes, la conversion peu motivée du roi, l’édulcoration du récit biblique. Pour avoir voulu plaire à Mme de Maintenon, estime le crtique, Racine a oublié ses “personnages jansénistes ou païens déchirés par leurs passions trop humaines, face à une transcendance muette” (sic). Thérèse Malachy estime que la  dimension carnavalesque de Pourim a été omise par Racine (vous vous souvenez que nous avions tenté une proposition contraire). Elle montre que Racine a délibérément choisi comme source les incertaines additions au livre d’Esther plutôt que le texte hébreu original, afin de transformer sa pièce en “chant triomphal à la gloire divine”: ces additions en effet “introduisent la Providence par la grande porte”, alors que le texte original est plus ambigu, plus carnavalesque, plus profane; le destin du peuple hébreu, qui occupe la position du bouc-émissaire, y est bien plus équivoque. Pour plaire à Mme de Maintenon, Racine (toujours d’après l’auteur), a “sacrifié son génie” en composant un “cantique charmant”, “édifiant”, et contraire à l’esprit du texte biblique.
  • Toujours sur Academia.edu, un autre papier de Thérèse Malachy, portant cette fois sur l’Athalie de Racine au croisement des traditions (cliquer pour le télécharger). Cet article constitue avec le précédent une sorte de diptyque. L’auteur, qui s’inspire de travaux et réflexions d’Henri Gouhier, Jean Starobinski et Paul Ricoeur, y estime en effet que la pièce biblique est influencée par un tragique de type hellénique. Athalie apparaît comme un personnage déchiré, écartelé entre des aspirations contradictoires, torturée par le Ciel qui lui refuse sa grâce; cruelle et pitoyable, prudente et aveuglée, responsable et manipulée, elle est aussi pleinement tragique que pouvaient l’être Electre ou Oedipe en leur temps. Une telle lecture (qui date de 1997) est très séduisante, mais certains point laissent un peu perplexe, par exemple lorsque T. Malachy nous présente Athalie “aspirant à l’innocence” et “attachée au Dieu qui la persécute”. Notons aussi que cette analyse s’inscrit à contre-courant des études françaises contemporaines. Nos maîtres (G. Forestier, F. Dupont, C. Delmas, etc.) nous ont enseigné à nous méfier de la notion de tragique.
  • Dans “Athalie mise au secret”, Pedro Gonçalves Rodrigues (université de Porto) s’interroge sur les raisons qui ont amené Mme de Maintenon à refuser qu’Athalie bénéficie du même éclat qu’Esther. L’auteur pense que les intérêts politiques, religieux, éducatifs liés au projet de la maison d’éducation de Saint-Cyr sont des motifs essentiels qui ont présidé à la quasi suppression de la pièce.
  • Sur le serveur Persée, on trouve un autre papier stimulant, celui de Jürgen Grimm, “Esther, Athalie et le double échec de la pédagogie théâtrale” (Cahiers d’Aubigné, 1999, p. 447-455). L’auteur y montre que l’échec du théâtre pédagogique à Saint-Cyr s’explique par le fait que les pièces de Racine sont ambiguës, polysémiques, et anti-didactiques, minant et déconstruisant l’orthodoxie qu’elles mettent en scène, en laissant suggérer trop ouvertement des interprétations subversives. Conçues pour “célébrer l’ordre établi”, Esther et Athalie ont été à l’époque (et peuvent être encore) perçues comme des tragédies qui en “dénoncent les fissures”.
    Sous couvert d’une orthodoxie politique et religieuse montrée par bien des commentateurs, et tout en prétendant instruire les Demoiselles en les divertissant, le texte de Racine apparaît comme une “oeuvre ouverte”, malléable, dont différents spectateurs ont pu s’emparer avec des intentions diverses:

    • lecture à clef où Assuérus est le roi, Mme de Maintenon, Esther, La Montespan, Vashti, etc. (Mme de Lafayette)
    • lecture protestante (réimpression de Neufchâtel)
    • lecture port-royaliste (Quesnel voit dans la pièce des “dénonciations en vers et en musique” de la politique de Louis XIV)
    • lecture jacobite (J. Orcibal voit dans Athalie un “manifeste interventionniste” en faveur de Jacques II d’Angleterre, roi d’Angleterre en exil, parent de Louis XIV et spectateur des deux pièces)

L’auteur considère que le texte d’Athalie en particulier est trop équivoque, et se prête à trop d’interprétations subversives (que ce soit du gré de Racine ou malgré lui d’ailleurs) pour pouvoir être joué dans le contexte pieux et pédagogique de Saint-Cyr.

  • Last but not least: j’ai oublié de mentionner dans la bibliographie un papier dans lequel votre serviteur évoque les prophéties dans Athalie. En fait, cet article m’était totalement sorti de la tête. Je tâchais de montrer que les deux passages prophétiques (le songe d’Athalie et la vision de Joad) permettent de distinguer le théâtre profane du théâtre religieux de Racine: la présence du vrai Dieu, dans Athalie, est dramaturgiquement nécessaire; nul doute possible: le songe d’Athalie, inspiré par le Ciel, met en branle l’action au moment opportun. Dans les tragédies profanes en revanche, on n’est jamais certain que les dieux païens interviennent effectivement dans le cours de l’action, qui peut s’expliquer par le seul jeu des passions humaines.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.