Athalie, “fléau de Dieu”

On lit des choses étonnantes sur l’identité et le rôle joué par Athalie. Certains lecteurs y voient une figure des jésuites, d’autres une incarnation du Dieu de vengeance de l’Ancien Testament… Tout cela peut être ingénieux, mais il faut tenir compte ici des acquis de la théologie politique, et asseoir nos interprétations sur des analyses rigoureuses. Athalie est une commande de Mme de Maintenon, destinée à plaire au roi, sans déplaire autant que possible aux docteurs ecclésiastiques, Bossuet au premier chef: soyons sûrs que Racine savait ce qu’il faisait, et que sa pièce ne prêtait pas le flanc au soupçon d’hérésie, ni à l’approximation théologique, ni au soupçon de rébellion politique contre le souverain. S’il était des domaines où l’on ne pouvait se permettre d’improviser à la légère, c’est bien ceux de la religion et de la politique. Et Racine n’improvisait pas. L’image et le rôle qu’il donne au tyran sont en parfaite résonance avec les discours les plus orthodoxes en la matière.

Athalie, fléau de Dieu

Le dramaturge connaissait son saint Augustin; il savait quel était le rôle des tyrans dans ce système qu’on a appelé ‘”l’augustinisme politique”, hérité de La Cité de Dieu composée par l’évêque d’Hippone après la prise de Rome par le barbare Alaric (410). C’est à son propos qu’Augustin imagina la métaphore de “fléau de Dieu”. Le “fléau”, c’est le fouet qui permet de séparer le froment de son enveloppe de son:

Car, comme un même feu fait briller l’or et noircir la paille, comme un même fléau écrase le chaume et purifie le froment, ou encore, comme le marc ne se mêle pas avec l’huile, quoiqu’il soit tiré de l’olive par le même pressoir, ainsi un même malheur, venant à tomber sur les bons et sur les méchants, éprouve, purifie et fait resplendir les uns, tandis qu’il damne, écrase et anéantit les autres (Cité de Dieu, livre I, chapitre 8).

Cette doctrine du “fléau de Dieu” permet à Augustin d’expliquer pourquoi Dieu autorise des dirigeants despotiques à régner parfois sur le monde. Les tyrans en effet ne gouvernent qu’avec l’assentiment divin: “tout pouvoir vient de Dieu”, avait enseigné saint Paul (Romains, 13, 1). Dieu pourtant ne peut vouloir le malheur des hommes. Seulement, il arrive que les hommes se détournent de lui, et une période d’oppression peut se révéler fort utile afin de

  • châtier la désobéissance des hommes;
  • mais aussi pour les éprouver, et les réveiller de leur sommeil, car c’est dans l’adversité que se révéleront le mieux d’une part les saints et les fidèles, et d’autre part les traîtres et les rebelles. Sans Athalie, l’héroïsme de Joad et des “résistants” lévites n’eût pas pu éclater.
  • enfin pour purifier son peuple de ses fautes.

Attention à ne pas donner dans la caricature: les tyrans ne sont pas des marionnettes entre les mains du Très-Haut. Dieu n’ordonne pas les cruautés et les barbaries commises par les despotes: il permet seulement aux tyrans d’accumuler les malversations, et se réserve de les châtier eux-mêmes pour leurs péchés en temps voulu, quand la coupe sera pleine et que le temps des épreuves sera passé.

Un dangereux sujet: le tyrannicide

Athalie est donc sans nul doute un de ces fléaux de Dieu, comme Alaric, Néron ou Attila. Mais si tout pouvoir vient de Dieu, et si la tyrannie est permise et autorisée par le Ciel, il s’ensuit une conséquence logique immédiate: il ne revient pas aux hommes de se rebeller contre la main qui les châtie avec justice. Effectivement, selon Augustin, il n’appartient pas aux chrétiens de se révolter contre les tyrans. Même contre un Néron qui persécute les chrétiens. Il convient au contraire de supporter avec patience et persévérance le joug que les despotes imposent à leur peuple, en attendant que Dieu se décide à les châtier eux-mêmes. En particulier, il n’appartient certainement pas à l’Eglise d’interférer dans la vie politique, fût-ce pour se débarrasser d’un affreux despote, comme l’explique Bossuet dans son Panégyrique de saint Thomas Becket (1668): “il faut tout souffrir [des puissances légitimes] jusqu’à l’injustice, par laquelle s’exerce secrètement la justice même de Dieu.”

Comme rien n’est simple dans une tragédie, nous remarquerons

  • qu’Athalie, supposée être un fléau de Dieu, est une sage souveraine qui donne la paix et la prospérité à son peuple (fidèles de Yavheh exceptés, certes)
  • et que les Lévites sont amenés à la déposer et à l’éliminer.

Car c’est bien à un tyrannicide qu’on assiste dans la pièce, qu’on offre à voir au roi en attendant son applaudissement. Comment Racine a-t-il osé mettre en scène l’assassinat d’un souverain, fût-il illégitime? Quel dangereux sujet que celui choisi par Racine! sujet dont personne avant lui n’avait songé à s’emparer, précisément parce qu’il avait dû paraître bien trop sulfureux. Dans la France du XVIIe siècle, royauté de droit divin, toute atteinte au détenteur du pouvoir est assimilée à un crime contre Dieu lui-même. Bossuet l’explique dans sa Politique tirée de l’Ecriture sainte (livre III, article 2):

L’autorité royale est sacrée
Dieu établit les rois comme les ministres, et règne par eux sur les peuples.
[…] toute puissance vient de Dieu.
Le Prince, ajoute saint Paul, est ministre de Dieu pour le bien : si vous faites le mal, tremblez, car ce n’est pas en vain qu’il a le glaive ; et il est ministre de Dieu, vengeur des mauvaises actions. Les princes agissent donc comme ministres de Dieu, et ses lieutenants sur la terre. C’est par eux qu’il exerce son empire. [… ] C’est pour cela […] que le trône royal n’est pas le trône d’un homme, mais le trône de Dieu même. […]

Cette apologie du tyrannicide dans Athalie est le point le plus curieux, le plus étonnant, le plus difficile à expliquer. Pour tenter de rendre compte de l’audace de Racine, on peut alléguer que Bossuet lie expressément l’autorité monarchique à l’onction divine:

Il paraît de tout cela que la personne des rois est sacrée, et qu’attenter sur eux c’est un sacrilège. Dieu les fait oindre par les prophètes d’une onction sacrée, comme il fait oindre les pontifes et ses autels. […] Le titre de Christ est donné aux rois ; et on les voit partout appelés les Christs, ou les oints du Seigneur. […]

Une fois que Joas a reçu l’onction par le prophète, Athalie cesse d’une certaine façon d’être reine, et autorise en quelque manière sa destitution. Joas devient une figure du Christ, et Christ lui-même, et par là roi légitime. L’onction juive joue le rôle du sacre dans les rituels de la monarchie française. Malgré tout, on ne peut s’empêcher de penser que le meurtre du tyran reste politiquement douteux au regard des principes qui prévalaient sous Louis XIV. En effet, précise Bossuet:

Mais même sans l’application extérieure de cette onction, ils sont sacrés par leur charge, comme étant les représentants de la majesté divine, députés par la providence à l’exécution de ses desseins. […]

Il convient peut-être d’alléguer une autre raison  pour justifier la témérité de Racine. Raison plus conjoncturelle, et que Jean Orbical et Olivier Lutaud ont mis en évidence il y a quelque décennies: il s’agit des conséquences de la Glorieuse Révolution d’Angleterre. En 1688, en effet, le roi Jacques II, cousin et allié de Louis XIV, est renversé par Guillaume d’Orange. Il est fort possible que Racine utilise l’histoire d’Athalie, entre autres choses, pour encourager et légitimer la tentative de restauration de Jacques, soutenue par la France.

On voit mal, autrement qu’en alléguant ces circonstances conjoncturelles, qu’un pareil sujet, mettant en scène un tyrannicide victorieux, eût pu être toléré par le roi et son entourage, sans les faire tomber tous en apoplexie.

Terminons en lisant quelques extraits de la Politique tirée de l’Ecriture sainte de Bossuet

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.