Un peu d’étymologie

On sous-estime souvent l’importance de l’onomastique racinienne, comme s’il ne fallait pas trop interroger le signifiant chez ce classique formé à Port-Royal. On a peut-être tort. Voici ce qu’on trouve lorsqu’on enquête sur deux personnages aux noms inventés:

Nabal, signifie fou, insensé. voir 2 Sam 3: “Abner devait-il mourir comme un insensé (nabal)”. Attention, ce n’est pas le même Abner que le nôtre, mais le rapprochement Abner/Nabal n’en est pas moins curieux. Concluons pour l’instant à la coïncidence.

Salomith: féminin de Shalom, signifie paix au féminin, femme pacifique; elle est le coryphée d’un choeur qui chante “la maison de paix” (III, 8).

Eliacim: “résurrection de Dieu“… d’après l’index de La Bible de François Estienne, 1557, “interprétation des noms propres hébreux”, non paginé.

Pour ceux qui douteraient encore de la pertinence d’une lecture typologique d’Athalie, et qui hésiteraient à voir en Joas une figure du Christ…


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.