Introduction à Esther (1) – Racine 1687

Sur le détail des circonstances qui entourèrent la naissance d’Esther, on se reportera aux introductions de nos éditions, aux mises au point de l’Atlande, ou encore aux biographies d’André Blanc, Alain Viala ou G. Forestier. On trouvera un vif intérêt à lire cet article sur l’enseignement dispensé à Saint-Cyr, et on pourra lire également avec profit l’article de la Wikipédia consacré à la Maison royale de Saint-Louis. On évitera en revanche, sur la même plateforme, la page consacrée à Racine, à laquelle on préférera celle de la Britannica écrite (en anglais) par Ronald W. Tobin.

Jean Racine, 1687

En 1687, un jeune aristocrate fraîchement arrivé de sa province pour venir à la cour, ne pouvait manquer de croiser Jean Racine. A cette date, ce dernier était un courtisan bien en vue. Historiographe du roi, que Louis XIV avait personnellement choisi pour écrire l’histoire de son règne, Racine était aussi l’un des favoris du plus grand prince d’Europe: le souverain l’invitait régulièrement dans son domaine de Marly — honneur insigne et réservé aux proches amis du monarque. Dans le privé, Racine était un homme rangé et respectable: marié depuis 1677 à Catherine de Romanet dont il eut sept enfants, il vivait dans une austérité pieuse mais confortable. L’essentiel de ses revenus provenait de sa pension d’auteur (2 000 livres), et de sa pension d’historiographe (6 000 livres), à quoi s’ajoutaient diverses rentes et gratifications, les gages d’une charge de trésorier, et les biens de sa femme. Avec vingt ou vingt-cinq mille livres annuelles, Racine pouvait rouler carrosse et mener le train de vie d’aristocrate qu’exigeait sa présence continuelle à la cour.

Notre jeune hobereau provincial eût sans doute été surpris d’apprendre que le brillant historiographe avait suivi un parcours chaotique avant de devenir un homme de cour entouré des égards royaux. Racine, né (comme Louis XIV) en 1638, orphelin de bonne heure, avait été recueilli et élevé par des solitaires qui vivaient à l’ombre du monastère de Port-Royal des Champs, près d’un marais de la vallée de Chevreuse. Ces hommes, dont plusieurs avaient occupé de brillantes positions à la cour et à la ville, avaient décidé de renoncer aux prestiges du monde pour vivre une existence plus authentique, sous le regard de Dieu. Ils se chargèrent aussi d’une mission d’éducateurs dont profita le jeune garçon déshérité. Racine leur devait tout, et en particulier son immense culture humaniste, latine et grecque, sans oublier sa solide éducation chrétienne. Certains des plus grands esprits de son temps lui dispensèrent leurs leçons : Pierre Nicole (1625-1695), secrétaire et ami du théologien Antoine Arnauld (1612-1694) ; Antoine Le Maistre (1608-1658), qui fut un ténor du barreau parisien avant de devenir ermite, et que le petit Racine, privé de ses parents, appelait affectueusement “Papa”; Le Maistre de Sacy, prêtre et poète, et surtout maître d’oeuvre de la plus grande traduction de la Bible jamais parue en français; ou encore Jean Hamon (1618-1687), médecin, auprès de qui Jean Racine voulut être enterré. (Pour en savoir plus sur Port-Royal et les solitaires, on se reportera à l’excellent site de la Société des Amis de Port-Royal).

Si le petit Racine ne tarda pas à manifester dès cette époque son esprit frondeur et rebelle, on s’aperçut néanmoins rapidement de ses grandes qualités. Il fut envoyé d’abord au collège de Beauvais, puis à Paris, au collège d’Harcourt, pour y poursuivre ses études. Il y fut surtout séduit par la vie intellectuelle parisienne. Sans famille, sans fortune, il voulait sortir de l’ornière. Doué pour les lettres, il embrassa la carrière du théâtre; il fit jouer La Thébaïde, en 1664, puis Alexandre, applaudie par le roi, l’année suivante. Le chemin que suivait le jeune ambitieux scandalisait ses anciens maîtres: ceux-ci étaient des adversaires acharnés du théâtre, trop propre selon eux à exciter les mauvaises passions. Par ailleurs, les Solitaires de Port-Royal s’étaient faits beaucoup d’ennemis, du fait de leurs idées religieuses tenues pour hérétiques (on les qualifiait de “jansénistes”). Pour se lancer dans le monde, Racine estima qu’il valait mieux rompre tout lien avec Port-Royal: il fit publier bruyamment, en 1666, une terrible Lettre à l’auteur des imaginaires, adressée à son maître Pierre Nicole. C’était un pamphlet insolent, cruel, injuste, dont Racine devait se repentir plus tard. Mais pour l’instant, voilà notre jeune auteur prometteur, et aux dents longues, libéré de tout entrave morale, et exonéré de toute collusion suspecte avec une secte tenue pour hérétique. La voie était libre. Racine s’imposa, de pièce en pièce, provoquant à chaque fois les polémiques, cherchant l’affrontement avec Corneille ; et il s’attira les suffrages du public,  enchaînant les succès retentissants, tels qu’Andromaque (1667), Bérénice (1670), Iphigénie (1674), ou Phèdre (1677). Sept pièces, huit s’il on compte Alexandre, suffirent à le porter au faîte de la gloire littéraire. Au cours de ces quinze années, il participa pleinement à la bouillonnante vie théâtrale de son temps, qui suscitait à l’époque le plus vif intérêt de tous: le théâtre était alors un art à la fois follement admiré par la ville et la cour, et farouchement condamné par les dévots et les moralistes. Dans ce milieu en effervescence, notre dramaturge mène rondement son affaire; il n’hésite pas à se brouiller avec Molière à qui il retire une de ses pièces, ni à prendre des maîtresses parmi les plus belles et les plus brillantes actrices de son temps, Mlle Du Parc et Mlle de Champmeslé. On a même avancé, sans trop de preuves, qu’il avait trempé dans l’Affaire des poisons… Peu importe le fait, mais en voilà assez pour la réputation.

Tout changea en 1677: le roi, admirateur inconditionnel de Jean Racine, lui confia la charge prestigieuse d’historiographe. C’est à ce moment que Racine tourna le dos à la scène. L’emploi d’historiographe le mobilisait à plein temps, et il eût été par ailleurs inconvenant que l’historien officiel du royaume poursuivît la vie scandaleuse qui avait été la sienne. Bien au contraire, il fit profession de morale et de piété. Réconcilié avec Port-Royal, influencé par Bossuet, le poète ainsi consacré par la faveur princière  renonca aisément à sa vie tumultueuse de naguère, tout en continuant à surveiller de près les reprises et les éditions de ses pièces, et collaborant à l’occasion à quelque oeuvre poétique de commande, comme cette Idylle sur la paix, jouée en 1685 sur une musique de Lully (et dont on peut en écouter ici un extrait).

Et voici qu’en 1687, Mme de Maintenon vient adresser à l’historiographe de son mari, désormais si respectable, une demande propre à réveiller quelques vieux démons de sa vie antérieure…


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.