Introduction à Esther (2) : le théâtre à Saint-Cyr

La marquise de Maintenon et Racine… ces deux-là devaient fort bien se comprendre. Françoise d’Aubigné (1635-1719) était la petite fille de l’auteur des Tragiques. Ballottée entre protestantisme et catholicisme, privée de bonne heure de ses parents, pauvre, elle fut contrainte en 1651 d’épouser un vieil écrivain paralytique, Paul Scarron, afin d’échapper au ruisseau ou au couvent; le curieux mari mourut quelques années plus tard (1660), criblé de dettes. Par la suite, Françoise devait connaître une ascension spectaculaire. En 1669, elle devint gouvernante des bâtards royaux nés des amours de Louis XIV et de Mme de Montespan. Devenue marquise de Maintenon après en avoir acheté les terres et le château (1674), la veuve Scarron s’imposa peu à peu dans le coeur du roi, qui l’épousa secrètement en 1683, après le décès de la reine Marie-Thérèse.

Douée pour les affaires (elle spécula avec succès sur la culture du tabac aux Antilles), ambitieuse sans nul doute, Mme de Maintenon était aussi dévote. Elle eut à coeur de pratiquer la charité, et de venir aux secours des démunis. C’est en particulier le sort des jeunes filles pauvres issues de la noblesse qui retint son attention: leur destinée lui rappelait ses propres origines. Elles étaient nombreuses, en cette fin de siècle dévastée par les guerres. Mme de Maintenon, passionnée par les sciences de l’éducation, persuada le roi de créer la maison royale de Saint-Louis, destinée à accueillir ces jeunes aristocrates désargentées afin de les former et de leur assurer un brillant avenir. Hardouin Mansart fut chargé d’en construire les bâtiments, situés à Saint-Cyr, au-delà du parc de Versailles. En 1686, deux cent cinquante élèves furent accueillies, réparties en différentes classes selon leur âge — les rouges, les vertes, les jaunes et les bleus. Elles ne devaient en sortir que vers vingt ans, sauf si elles devaient se marier ou prendre le voile avant cette échéance. (1)

La maison de Saint-Louis représentait ce qu’on appellerait aujourd’hui un établissement pilote. Les pratiques et les objectifs pédagogiques, audacieux et innovants, différaient fort de ceux alors en vigueur dans les couvents où l’on éduquait habituellement les filles, qui se contentaient d’y recevoir quelque teinture de religion en attendant qu’on les marie. La réputation de l’éducation conventuelle était exécrable, comme en témoignent les propos laissés quelques décennies plus tard par Castel de Saint-Pierre:

les jeunes filles [éduquées dans les couvents] sont ignorantes des choses les plus communes et les plus importantes [et ont] peu d’usage de raisonner […] peu d’habitude à la politesse, à la douceur, à l’indulgence, à la patience, à la discrétion et aux manières vraies, gracieuses et prévenantes. (Ouvrages de politique et de morale, Rotterdam, 1738-1740, p. 270).

Mme de Maintenon avait de plus hautes ambitions pour ses protégées. Elle ne voulait “ni un couvent, ni rien qui le sentît.” En fait, elle eut soin de prendre le contrepied radical de l’enseignement conventuel. Elle destinait les demoiselles de Saint-Cyr à devenir des femmes de cour accomplies, brillantes, cultivées, tout en restant pieuses, vertueuses et dévotes. L’éducation morale et religieuse n’était bien sûr pas oubliée:

 Il faut apprendre aux demoiselles… premièrement à connaître Dieu et la religion (…) Il leur faut inspirer une grande horreur du vice et un grand amour pour la vertu.

Aussi leur interdisait-on la lecture des romans “parce qu’ils ne parlent que de vices et de passions”. Mais il ne s’agissait pas pour autant de faire des ces jeunes filles de futures religieuses, comme nous en prévient d’ailleurs la tenue des élèves, partiellement colorée, et qui laissait voir leurs cheveux. L’objectif de Mme de Maintenon est de permettre à ses élèves de faire de beaux mariages, pour lesquelles elles recevaient une dot de trois mille livres. Pour former ces mondaines au coeur pur, on s’attachait à Saint-Cyr à cultiver l’esprit des Demoiselles, sans oublier de leur inculquer des rudiments de culture profane. On y faisait aussi fructifier leurs talents artisiques: le chant, la danse figuraient au programme. On lit ainsi dans les Constitutions de cette maison, auxquelles Racine a d’ailleurs mis la main (2):

On leur apprendra à se tenir de bonne grâce (…) on leur apprendra parfaitement à lire, à écrire l’orthographe, l’arithmétique (…) On leur doit apprendre à peigner, à coiffer, quand elles sont destinées à servir.

Racine énumère dans la préface d’Esther les exercices intellectuels et artistiques qui font le “divertissement” des élèves:

on leur fait faire entre elles, sur leurs principaux devoirs, des conversations ingénieuses qu’on leur a composées exprès, ou qu’elles-mêmes composent sur-le-champ ; on les fait parler sur les histoires qu’on leur a lues, ou sur les importantes vérités qu’on leur a enseignées ; on leur fait réciter par cœur et déclamer les plus beaux endroits des meilleurs poètes : et cela leur sert surtout à les défaire de quantité de mauvaises prononciations qu’elles pourraient avoir apportées de leurs provinces ; on a soin aussi de faire apprendre à chanter à celles qui ont de la voix, et on ne leur laisse pas perdre un talent qui les peut amuser innocemment, et qu’elles peuvent employer un jour à chanter les louanges de Dieu.

Le théâtre occupait une place singulière dans cette formation. La valeur pédagogique du théâtre était certes de longue date reconnue, et les collèges jésuites de garçons faisaient représenter à leurs élèves au moins une pièce par an, en fin d’année scolaire, à l’occasion de la distribution des prix; ces pièces étaient jouées en présence des parents, voire d’un public mondain un peu plus large dans les établissements les plus prestigieux, comme le collège de Clermont. Mais jamais encore le théâtre n’avait été proposé dans le cadre de l’éducation des filles. Rien d’étonnant pourtant si l’équipe enseignante de Saint-Cyr tint à faire jouer des pièces par les élèves: l’art dramatique pouvait aider à satisfaire à plusieurs des objectifs visés par les constitutions, comme “bien prononcer”, dans un « style simple, naturel et sans tour”, dans un “bon Français”. Mémoire, diction, art du déplacement, maintien du corps, capacité à jouer un personnage… que d’utiles talents pour ces jeunes nobles qui ne pouvaient compter sur leur fortune pour tracer leur chemin à la cour et dans le monde!

Il ne s’agissait pas pour autant de laisser les élèves jouer n’importe quoi, sous prétexte de formation du corps et de l’esprit. Chez les jésuites, les pièces étaient à l’origine en latin, écrites par leurs maîtres sur des sujets chrétiens, à visée morale et pieuse, et sans personnages féminins. Même si ces principes avaient connu quelque relâchement au cours du siècle, et même si le latin n’était pas totalement inconnu à Saint-Cyr, on ne pouvait tout à fait s’inspirer du modèle des établissements masculins. En fait, l’on tâtonna quelque peu pour trouver des textes susceptibles d’être représentés par les jeunes filles. Mme de Brinon, supérieure de la maison de Saint-Louis, composa d’abord elles-mêmes quelques pièces, comme le faisaient depuis un siècle les régents de collèges; mais, de l’aveu de chacun, ses œuvres étaient si mauvaises qu’on la dissuada bientôt de continuer (elle finit par recevoir son congé fin 1688). C’est alors qu’on eut l’idée de faire déclamer par les élèves des extraits d’Andromaque et d’Iphigénie… Au moins, les maîtresses ne prenaient pas de risque sur la qualité littéraire des vers choisis pour les petites… Celles-ci s’y prirent si bien, mirent dans leur jeu tant de feu et de passion, qu’elles réussirent au-delà de tout espoir à incarner les personnages de Racine. Mme de Maintenon elle-même s’effraya de leur talent. Elle s’avisa que les tirades brûlantes de la fille d’Hélène ou de celle d’Agamemnon n’étaient peut-être pas tout à fait propres à maintenir le tempérament des adolescentes dans les étroites bornes où on souhaitait le retenir. Mi-railleuse, mi plaisante, mais certainement assez mécontente, elle en fit le reproche à Racine lui-même, qu’elle tenait, à tort ou à raison, pour responsable de ce succès de mauvais aloi. C’est du moins le témoignage que nous rapporte Mme de Caylus, nièce de Mme de Maintenon, qui joua le Prologue d’Esther. Elle cite dans ses Mémoires la lettre que cette presque reine fit parvenir à l’ancien dramaturge:

Nos petites filles viennent de jouer Andromaque et l’ont si bien jouée qu’elles ne la joueront plus, ni aucune de vos pièces.

La réprimande était toutefois assortie d’une proposition:

Elle le pria, dans cette même lettre, de lui faire, dans ses moments de loisir, quelque espèce de poème moral ou historique, dont l’amour fût entièrement banni, et dans lequel il ne crut pas que sa réputation fût intéressée, puisqu’il demeurerait enseveli dans Saint-Cyr [ce en quoi elle se trompait ], ajoutant qu’il ne lui importait pas que cet ouvrage fût contre les règles, pourvu qu’il contribuât aux vues qu’elle avait de divertir les demoiselles de Saint-Cyr en les instruisant.

Racine fut fort troublé lorsqu’il reçut cette commande, relate encore Mme de Caylus. La demande — ou plutôt l’ordre — de Mme de Maintenon replongeait le dramaturge dans un passé encore proche mais embarrassant:

Cette lettre jeta Racine dans une grande agitation. Il voulait plaire à Mme de Maintenon: le refus était impossible à un courtisan, et la commission délicate pour un homme qui comme lui avait une grande réputation à soutenir, et qui, s’il avait renoncé à travailler pour les comédiens, ne voulait pas du moins détruire l’opinion que ses ouvrages avaient donné de lui. Despréaux [Boileau], qu’il alla consulter, décida brusquement pour la négative.

L’historiographe avait en effet tout à perdre à renouer avec son passé. Pouvait-il seulement réussir cette gageure? Ses vers mis dans la bouche de jeunes filles inexpérimentées, dont certaines avaient à peine abandonné le patois de leur province! L’auteur d’Andromaque dut frémir. La faveur du roi, comme celle de son épouse, étaient fragiles; à la cour de Louis XIV, la roche tarpéienne n’est jamais loin du Capitole, et la fortune de Racine était tout entière entre les mains de ses bienfaiteurs. Pas question de refuser la proposition qui lui était faite, bien sûr. Racine devait relever le défi, il n’avait pas le choix. Et il n’avait pas non plus le droit à l’erreur.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.