Les affaires du royaume du Nord

Dans sa préface, Racine résume assez bien les éléments historiques antérieurs à l’action d’Athalie, mais il reste assez elliptique sur les événements qui se déroulèrent dans le royaume du Nord. Ils sont pourtant essentiels à la bonne compréhension du drame, et je me permets ici de les synthétiser, tout en vous recommandant vivement de lire les passages correspondants à la fin du premier et au début du second Livre des Rois (Troisième et Quatrième Livres des Rois dans le classement de Sacy)

Sur la partition du royaume hébreu après le règne de Salomon, voir les rappels ici. La période des deux royaumes sera marquée par une alternance entre temps de misère, périodes de prospérité, rivalités, et, surtout par la tentation du paganisme. Les deux royaumes vont connaître des vicissitudes avant de tomber l’un et l’autre sous les coups des Babyloniens à partir de -597. Pendant leur existence, Dieu a suscité des prophètes: des porte-paroles de Dieu (tel est le sens du mot pro-phète: la double vue et l’annonce de l’avenir n’est qu’une des formes, certes la plus spectaculaire de la prophétie). Ces prophètes vont tout à la fois ranimer la foi chancelante des peuples et de leurs rois, châtier les idolâtres, rendre l’espoir, et faire connaître la volonté et la grandeur du seul vrai Dieu.

Vers -875 un roi nommé Achab, fils d’Amri ou Omri, monte sur le trône d’Israël (le roayume du Nord, dont la capitale est Samarie). Tous deux sont impies et “font le mal devant le Seigneur” (III Rois, 16). Achab met le comble à ses crimes en épousant la fille du roi de Tyr et de Sidon, Jézabel. Cette reine, étrangère aux coutumes juives est, comme son peuple, une fidèle de Baal, qu’elle veut imposer à ses nouveaux sujets avec la complicité de son mari. Ils construisent un temple de Baal à Samarie.

Dieu, courroucé, envoie un prophète, Elie pour châtier le roi et la reine. Elie, sur l’ordre de Dieu ferme le ciel (III Rois, 17, 1): une sécheresse frappe le royaume de Samarie, à la fois pour punir le roi et l’inviter à la conversion. Jézabel, furieuse, poursuite et massacre les prophètes du vrai Dieu: “Jézabel”, écrit Racine, s’est rendu “fameuse”, par ses “sanglantes persécutions contre les prophètes” (III Rois 18). Pendant ce temps, Elie s’enfuit et en sauve un petit nombre des fugitifs.

Trois ans plus tard, Elie revient dans un royaume exsangue à cause de la famine: Achab, en voyant le prophète responsable des malheurs du pays, ordonne qu’on  saisisse le fléau d’Israël (III, 18, 17). Mais Elie propose un défi: il affrontera seul les 450 prophètes de Baal, sur le mont Carmel. Le concours consiste en une offrande: deux boeufs seront placés sur deux bûchers pour être offerts en sacrifice. Mais aucun des assistants ne sera autorisé à enflammer le bûcher: Baal ou Yavhé doivent s’en charger.

Malgré les rituels qu’ils exécutent autour du bûcher, allant jusqu’à s’infliger des blessures au couteau pour faire couler leur sang sur le bûcher, Baal ne répond pas. Elie, en revanche, après avoir arrosé d’eau son bûcher, en appelle au Ciel, qui foudroie l’autel et l’embrase (III Rois 18, 38).

La foule, conquise par ce miracle du mont Carmel, met à mort les prophètes de Baal. Elie doit s’enfuit pour échapper à la vengeance de Jézabel. Dieu lui ordonne de donner l’onction prophétique à Elisée, destiné à lui succéder (III Rois, chap. XIX), et prévoit aussi d’oindre Jéhu.

Pendant ce temps, Achab et Jézabel, toujours sur le trône d’Israël, poursuivent leurs malversations. Achab voulait acheter la vigne de son voisin Naboth, qui refusa de s’en défaire (III Rois 21). Aussi la reine imagina un cruel stratagème (id, verset 9): elle employa de faux témoins qui affirmèrent que Naboth avait enfreint un jeûne; Naboth, condamné sur ce faut témoignage, fut conduit hors de la ville pour être lapidé. Et Jézabel informa Achab qu’il pouvait maintenant s’emparer de la vigne que le malheureux voisin avait refusé de lui céder.

Elie vint avertir Achab qu’il avait passé les bornes: au nom de Dieu, il le menaça de malheurs futurs: la ruine de sa descendance, et la mort de Jézabel dévorée par les chiens dans le champ de Naboth (III Rois, 21, 21). Achab fut cette fois bouleversé et frappé d’un vrai repentir. Il se couvrit la tête de cendres et se vêtit d’un sac en signe de culpabilité et de honte, à la manière des anciens Juifs. Voyant son sincère repentir, Dieu décida de reporter son châtiment après sa mort, pour qu’il n’en fût pas témoin. A la mort d’Achab, son fils Joram lui succède, et la reine-mère Jézabel continue de jouer un rôle important à la cour d’Israël.

La mission d’Elie étant terminée, Dieu l’enleva au Ciel sur un char de feu, non sans laisser son manteau à son successeur Elisée (IV Rois, 2), qui est aussi comme un doublé d’Elie.

Elisée, conformément aux ordres qu’Elie avait reçu de Dieu, donne l’onction royale à Jéhu (IV Rois 9). Une fois que l’huile sainte a été répandue, Jéhu part à la conquête de son royaume. Jéhu transperce d’une flèche Joram venu sur son char combattre son rival. Et Jéhu rattrape et assassine aussi Ochozias, le roi de Juda, alors en visite chez son voisin et parent (il “fut enveloppé dans la ruine de la maison d’Achab, et tué par l’ordre de Jéhu” écrit Racine, cf. IV Rois 9, 24). Jéhu poursuit sa prise du pouvoir en faisant défenestrer Jézabel, et en roulant sur son corps avec son char, dans le jardin de Naboth, où elle finit par être dépecée par les chiens, conformément à la prophétie prononcée contre elle (IV Rois IX, verset 30). Il fit enfin assassiner les soixante-dix enfants d’Achab, qui auraient pu prétendre à sa succession. Enfin, Jéhu fit mine d’organiser une fête en l’honneur de Baal, pour mieux massacrer tous ses fidèles, et faire détruire le temple et la statue de l’idole, sans pour autant vraiment rétablir dans sa pureté le culte du Dieu vivant. (IV Rois 10, 19). La révolution terminée, il régna sans opposition sur un royaume affaibli par des conflits frontaliers incessants, châtiment en demi-mesure que lui infligea Dieu pour n’avoir été que partiellement son vengeur.

La suite de l’histoire se passe dans le royaume du sud, celui de Juda, où règne Athalie, fille d’Achab et de Jézabel, idolâtre comme ses parents.

 



Citer ce billet
Tony Gheeraert (2017, 20 septembre). Les affaires du royaume du Nord. « Par la grâce habité ». Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sqjp

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.