Du livre d’Esther à la tragédie d’Esther

Georges Forestier, dans son introduction à notre oeuvre au programme, propose une section essentielle consacrée à la réécriture racinienne du livre biblique. Malgré tout, étant donné l’importance que revêt la question de cette adaptation transgénérique du texte scripturaire, il n’est pas mauvais peut-être de compléter ses remarques.

Le livre d’Esther a été composé sans doute vers le IIe siècle avant Jésus-Christ, en Mésopotamie. Il vient clore la section des livres historiques de la Bible, et précède celle consacrée aux livres poétiques et sapientaux. Il existe sous deux formes:

  • Une version courte, celle du canon hébraïque, seule reconnue comme authentique par les Juifs, et par les protestants.
  • Une version plus longue, enrichie de versets qui ne se trouvent que dans la traduction grecque de la Bible dite des Septante (traduction réalisée à Alexandrie vers -270, à la demande du roi pharaon d’Egypte Ptolémée II Philadelphe). Le récit long est considéré comme canonique par les catholiques. Les passages qui ne se trouvent que dans le texte grec sont les suivants:
    • « Songe de Mardochée » et « Complot contre le roi » (début),
    • « Édit d’Ataxersès » (après 3, 13),
    • « Mardochée à Esther » (ap. 4, 8),
    • « Prière de Mardochée » et « Prière d’Esther » (ap. 4, 17),
    • « Rencontre d’Esther et du roi » (ap. 5, 5),
    • « Nouvel édit d’Ataxersès » (ap. 8, 12),
    • « Explication du songe de Mardochée » (ap. 10, 3),
    • « Conclusion de la version grecque ».

Le texte se déroule sous le règne d’Assuérus, que Racine identifie à Darius, roi de Perse appartenant à la dynastie des Achéménides, qui vécut de -550 à -486; toute la tradition identifie plutôt Assuérus à Xerxès, son fils, Grand Roi de l’empire perse de -486 à -465, et qui subit une cuisante défaite face aux Grecs lors de la seconde guerre médique.

Le texte nous apparaît aujourd’hui relever du genre du conte: l’auteur ne cherche pas la vraisemblance, et ne manifeste guère de souci de la réalité. La profusion du festin, tout d’abord: le thème du festin est essentiel dans le livre d’Esther: on y compte pas moins de dix banquets, et c’est lors de ces festins que prennent place certains événements capitaux.  Ensuite, le défilé des belles, prétendantes du roi, constitue un autre motif qu’on retrouve dans les contes de tous les temps. Le texte peut aussi revêtir cette dimension étiologique qu’on retrouve souvent dans le conte: il explique en effet l’origine de la fête des Sorts, Purim, le carnaval hébraïque qui commémore le renversement du destin en faveur des Hébreux. On n’a pas la preuve qu’un pogrom contre les Juifs à l’échelle de l’immense empire perse ait été projeté au VIe siècle; mais, estime encore P. Sellier, un livre comme celui d’Esther manifeste nécessairement l’existence d’un antisémitisme réel répandu au Proche-Orient, sans lequel le récit “n’aurait pas été crédible du tout”. Philippe Sellier, dans son édition de la Bible, propose, en mythographe, une lecture de ce récit comme un mythe saisonnier, inspiré des légendes de Babylone : “Vashti est l’hiver, et Esther désigne le printemps”. Le critique suggère aussi que la reine Esther pourrait être un avatar dégradé de la déesse de l’amour babylonienne Ishtar, divinité d’origine sumérienne, vénérée sous différentes formes dans de nombreuses contrées du Proche-Orient.

De telles interprétations païennes auraient fait dresser les cheveux sur la perruque de Racine. Le texte du Livre d’Esther est tenu pour historique par les éditeurs de Port-Royal, par Racine, et plus généralement par la tradition chrétienne à son époque. Il allait de soi pour les spectateurs de 1689 que ce livre biblique ne devait rien aux cultures polythéistes: c’est ainsi que nous allons le considérer, conformément à l’opinion des milieux autorisés de l’époque. Les lecteurs du XVIIe siècle lisaient dans ce texte la toute-puissance de Dieu, qui utilise les hommes, ici Mardochée et Esther, pour réaliser ses desseins. L’Éternel intervient dans l’Histoire, défend son peuple de l’extermination, et élimine ses persécuteurs. Ce que Racine trouve dans ce livre, comme il le fera dans l’histoire d’Athalie, c’est la démonstration de la Providence divine, qui offre la victoire aux faibles et aux innocents persécutés contre les forts, et contre toutes les attentes de la logique humaine. L’enjeu, pour Racine, est l’avènement du Christ, le Messie descendant de David promis par les prophètes, et qui ne pourra pas naître si le peuple juif est éradiqué de la surface de la planète. Aman est l’adversaire du plan de Dieu, et en ce sens il est vraiment diabolique.

La préface de Port-Royal précise un certain nombre de points qui paraissaient établis aux yeux de Racine:

  • La canonicité de la version longue: les éditeurs s’appuient sur Origène, Bellarmin, et “l’autorité de toute l’Eglise” confirment l’authenticité de tout le texte, y compris donc l’importante prière d’Esther, dont on retrouve des accents lors du monologue qui correspond à son deuil (Acte I, scène IV)
  • L’authenticité: Le livre d’Esther s’appelle ainsi non seulement car il relate l’histoire d’Esther, mais parce qu’il a été écrit par elle, avec l’aide de Mardochée: “Mardochée et Esther l’écrivirent conjointement”. Il s’agit d’un livre historique, “non pas une histoire feinte… mais une histoire très véritable, et accompagnée de toutes les marques de la sincérité et de la vérité”.
  • L’identification d’Assuérus à Darius: “Le roi, dont il est parlé dans ce livre, paraît être le même que Darius, fils d’Hystaspes”, thèse reprise par Racine.
  • L’invitation à reconnaître dans l’histoire de Mardochée et Esther les marques du sublime: “la simplicité très auguste de cette histoire efface tout ce que l’éloquence des plus grands orateurs en peut dire”. Cette éloquence qui se moque de l’éloquence, dictée par l’Esprit-Saint, rappelle Pascal, et  évoque aussi la définition longinienne du sublime selon Boileau: nous y reviendrons dans une livraison ultérieure de ce blog.
  • Les éditeurs y reconnaissent, comme par anticipation, une morale conforme à celle qui prévaut à Saint-Cyr, et qui n’est pourtant pas celle qu’on professait habituellement à Port-Royal: la vertu gardée pure au milieu d’une cour corrompue. Mardochée et Esther représentent “deux modèles d’une piété très pure au milieu de la corruption de la cour d’un très puissant prince”.
  • Le courage de Mardochée de renoncer aux biens de ce monde et aux compromissions
  • Racine emprunte aux commentateurs de Port-Royal (p. 456) l’idée qu’Esther était dépourvue d’ambition

Le livre est divisé en XVI chapitres que Racine suivit, mais non sans prendre, quoi qu’il en ait dit, certaines libertés.

  • Chapitre I: Description du festin donné par Assuérus; la reine Vashti désobéit à l’ordre du roi en refusant de s’y rendre, et Assuérus la répudie
  • Chapitre II: Le roi cherche une autre épouse.  Les belles défilent devant lui, il choisit Esther, qui devient la favorite à cause de sa grâce et de sa beauté. Elle ne peut toutefois comparaître devant son mari sans son ordre. Sur ces entrefaites, l’oncle d’Esther, Mardochée, déjoue un complot, en prévient Esther et sauve ainsi la vie du roi.
  • Chapitre III: Intervient un nouveau personnage, Aman, de la race maudite d’Agag, ennemie héréditaire des Hébreux. Le roi en fait son principal ministre, et chacun se prosterne devant lui, sauf Mardochée. Cette obstination conduit Aman à vouloir la perte de tous les Juifs de Perse: Assuérus accepte, et Aman donne des ordres et fixe la date du génoicide (le 13e jour du 12e mois)
  • Chapitre IV: Mardochée, vêtu d’un sac et la tête couverte de cendres, est contrait de rester à la porte du palais, car on n’y était pas admis dans cette tenue propre aux lamentations. Il fait donc demander à Esther d’intercéder, en passant par le truchement d’un messager. Esther répond par la même voie, et commence par refuser: le roi ne l’a pas appeler depuis un mois, elle craint la peine de mort. Mais Mardochée insiste: selon lui, Dieu sauvera son peuple, mais tiendra rigueur à Esther de son peu de foi. Elle accepte donc, mais prévoir un jeûne de trois jours et trois nuits avant la comparution.
  • Chapitre V: Esther paraît devant le roi, qui la sauve de la mort. Il accepte de se rendre à un premier festin où Aman aussi est invité. Il fait préparer par sa femme Zarès une potence où il compte pendre Mardochée.
  • Chapitre VI: Pendant la nuit, le roi, insomniaque se fait lire les annales et se rappelle le service que lui a rendu Mardochée. Sur le conseil d’Aman qui pensait que le roi voulait le récompenser, le ministre favori se retrouve à rendre les honneurs à son ennemi dans les rues de Suse.
  • Chapitre VII: Lors du second festin, Esther dénonce Aman à Assuérus, qui le fait pendre sur la potence préparée pour Mardochée.
  • Chapitre VIII: On envoie de nouveaux ordres aux provinces pour annuler les dispositions génocidaires d’Aman; Mardochée est revêtu de riches vêtements et paraît aux côtés du roi; Assuérus autorise les Juifs à tirer vengeance de leurs ennemis.
  • Chapitre IX: Les Juifs massacrent leurs ennemis qui avaient conspiré à leur perte. “Ils firent un grand carnage de leurs ennemis”. “Dans Suse, ils tuèrent cinq cents hommes, sans compter les fils d’Aman”.
  • Chapitre X: songe de Mardochée. Mardochée, devenu premier ministre en remplacement d’Aman, se souvient d’une vision qu’il avait eue, et qui marque la naissance de la fête des Sorts.
  • Les derniers chapitres, absents de l’Hébreu, offrent des redites des chapitres précédents.
  • Chapitre XI: doublon du chapitre précédent
  • Chapitre XII: Découverte de la conspiration par Mardochée (redondant avec le chapitre II)
  • Chapitre XIII: Lettre d’Aman aux provinces
  • Chapitre XIV: Prière d’Esther. “O Dieu puissant au-dessus de tous, écoutez la voix de ceux qui n’ont aucune espérance qu’en vous seul. Sauvez-nous de la main des méchants”.
  • Chapitre XV: Le jeûne d’Esther et sa première comparution
  • Chapitre XVI: Lettre du roi en faveur des Juifs.

Racine opère diverses modifications par rapport au texte original:

  • Par respect des bienséances
    • Esther n’apparaît pas comme enfermée dans le harem oriental, mais libre d’aller et venir dans le palais et de rencontrer Mardochée, au lieu de passer par un messager (I, 3).
    • Racine supprime le premier épisode du banquet somptueux et de la répudiation de Vashti: seul le récit de l’avènement au trône est conservé.
    • il supprime l’évocation du massacre des Amalécites (v. 1196-v. 1197)
  • Pour des raisons de concentration
    • il n’accorde pas à Esther un jeûne de trois jours: elle ira voir le roi “demain quand le soleil rallumera le jour” (v. 244).
    • les deux festins sont réduits à un seul
    • “l’élévation” d’Aman est antérieure au début de la pièce.

Comme il est habituel, Racine saisit l’action au plus près de la catastrophe, ainsi que le recommandaient les doctes.

  • Pour des raisons dramatiques, Racine donne à Assuérus un mauvais rêve prémonitoire, introduisant quelque chose de la tonalité tragique de ses pièces antérieures, alors que le roi n’était qu’insomniaque dans la Bible (v. 384).
  • Pour imposer une lecture providentielle:
    • Mardochée n’est plus le grand courtisan qu’il était dans la Bible, mais devient un modeste suppliant à la porte du palais
    • Mardochée a délibérément provoqué le mariage avec Assuérus en pensant qu’Esther devenue reine pourrait être utile à son peuple (v. 51-52)

Pour le reste, Racine a conservé le mouvement du texte qui, comme le note Georges Forestier, contient un potentiel dramatique aisé à exploiter: les péripéties (condamnation puis salut des Juifs, reconnaissance d’Esther v. 1033, “suspension” introduite par l’hésitation d’Assuérus, v. 1140)

 



Citer ce billet
Tony Gheeraert (2017, 20 septembre). Du livre d’Esther à la tragédie d’Esther. « Par la grâce habité ». Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sqjq

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.