Frontispice d’Esther

L’édition d’Esther au programme ne comporte pas le frontispice, gravé par Sébastien Le Clerc d’après un dessin de Charles Le Brun, et placé en tête de l’édition princeps d’Esther en 1689.

esther_frontispice

La gravure représente l’évanouissement d’Esther (II, 7) au moment où elle paraît devant Assuérus sans y avoir été invitée. On est frappé par la fidélité au texte, que l’image commente avec précision. Conformément au texte de Racine, la scène se déroule dans la salle du trône, où se presse ici une foule de courtisans. L’illustrateur choisit le moment le plus dramatique, qu’il souligne avec emphase et auquel il insuffle une dynamique: Assuérus, bondit hors de son trône, prêt à tendre son sceptre d’or en signe de sauf-conduit, tandis que la reine, sans force, tombe entre les mains de ses suivantes; au premier plan, une femme de la cour, qui se précipite vers Esther, est également saisie en plein mouvement. Le Brun a ostensiblement inscrit la scène dans un cadre curial; plutôt que de suggérer une atmosphère orientale, le dessinateur a préféré une architecture classique, comme en témoignent les arcs et les colonnes corinthiennes. Le décor est chargé, presque rococo; à la pompe et à la majesté du lieu s’ajoute une théâtralité assumée, que manifeste la présence du rideau en haut de la scène.

On pourra comparer ce frontispice avec le tableau de Poussin (1655, conservé à Saint-Petersbourg, musée de l’Ermitage), que Racine devait connaître, selon G. Forestier. Cette toile représente exactement le même moment que celui choisi par Le Brun, mais la représentation est bien différente: moins décorative, moins surchargée d’ornements et de personnages, moins dramatisée, centrée sur la relation entre le roi, immobile sur son trône, et la reine en pâmoison. Le savant travail du clair-obscur et de l’éclairage confère à la scène une émotion particulière. Le dallage du frontispice, peut-être, manifeste l’hommage de Le Brun à l’égard de son illustre prédécesseur.

poussin_erther_assuerus

Le trône richement décoré d’Assuérus, qui occupe la moitié de l’image sur le frontispice, n’est pas tout à fait sans ressemblance avec celui de Louis XIV (ci-dessous, l’ambassade du Siam reçue à Versailles en 1686).

siamese_embassy_tolouis_xiv_1686



Citer ce billet
Tony Gheeraert (2017, 20 juillet). Frontispice d’Esther. « Par la grâce habité ». Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sqiw

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.