“Rebâtissez son Temple, et peuplez vos Cités” (Esther, v. 1186)

Ce vers me laisse perplexe. Georges Forestier n’y voit pas de difficulté: si Assuérus est Darius, ainsi que l’explique Racine dans sa préface, on peut en rendre compte par Esdras I, 4 et I, 6: c’est entre la deuxième et la sixième année du règne de Darius que le Temple fut reconstruit.

Certes. l’identification d’Assuérus à Darius est communément admise, aussi bien par Bossuet que par la Bible de Port-Royal, et ne fait pas problème, non plus que la reconstruction effective du Temple qui s’accomplit sous son règne (-521 -486). Mais cette reconstruction sous Darius fit suite à bien des péripéties, et des rivalités au sein même du peuple juif, entre les descendants des différentes tribus, qui causèrent des retardements. Le décret autorisant les Juifs à rentrer chez eux et à reconstruire le Temple a été pris bien avant l’avènement de Darius, sous Cyrus (l’édit de -536 autorisa les déportés à rentrer à Jérusalem et à rebâtir le sanctuaire).

Or, il semble bien qu’ici, Racine confonde délibérément les deux figures de Cyrus et de Darius, pour concentrer en un seul moment, et à travers une figure  unique, le décret et la reconstruction elle-même, en faisant fi des complications qui différèrent l’édification du Second Temple. L’efficacité dramatique de cette concentration ne fait pas de doute, mais elle manifeste certaine liberté de Racine vis-à-vis du Texte, qu’il se flatte pourtant de respecter scrupuleusement. Il s’agit moins certes de manipulation des sources que d’une forme de simplification des événements. Mais il n’en reste pas moins que l’effet produit par cette réécriture est d’importance (comme le note d’ailleurs en passant Forestier, mais il faut y insister): cette concentration des deux figures de Darius et de Cyrus tend à faire d’Esther la libératrice du peuple hébreu. C’est elle qui, dans la pièce de Racine, met fin à la sombre période de la Captivité à Babylone, en contradiction avec la lettre et l’esprit du texte biblique, qui ne dit rien de tel. L’Esther de Racine est non seulement celle qui sauve son peuple, elle en est la libératrice, comme le souligne avec insistance le dernier choeur des Israélites: “Les chemins de Sion à la fin sont ouverts… J’irai pleurer au tombeau de mes pères… Relevez, relevez les superbes portiques Du Temple”.

L’importance jouée par l’Esther racinienne dans l’histoire du peuple juif, et le rôle qu’elle joue dans la libération de son peuple et la reconstruction du Temple, introduit aussi un lien entre nos deux pièces: si l’action d’Athalie se déroule bien avant celle d’Esther, Joad y prophétise à la fois la Captivité et la reconstruction du Temple, dont Racine a déjà montré par avance, en quelque sorte, qu’elle était l’oeuvre d’Esther. Le final d’Esther prépare en quelque sorte l’évocation de ce Temple dans lequel se déroulera deux ans plus tard Athalie, et qui en constituera même, si l’on veut, le personnage principal.

 



Citer ce billet
Tony Gheeraert (2017, 20 juillet). “Rebâtissez son Temple, et peuplez vos Cités” (Esther, v. 1186). « Par la grâce habité ». Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sqix

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.