Pourim: Esther et le carnaval

Pourquoi Racine a-t-il choisi le thème d’Esther? Les spécialistes s’interrogent. “Il ne s’explique pas sur ce choix”, écrit Georges Forestier. La réponse est simple: Mme de Maintenon avait commandé une pièce pour le carnaval 1688. Il était naturel que Racine optât pour un sujet qui correspondît à cette fête calendaire: le livre d’Esther (comme notre tragédie) se terminent sur l’institution de la fête de Pourim, qui est précisément le carnaval juif, célébré à la fin de l’hiver.

Purim signifie “les sorts” en hébreu. Le terme renvoie à un épisode du livre d’Esther (III, 7), lorsque Aman tira au sort la date à laquelle il convenait de faire périr les Juifs. Ce qui revenait, par ce rituel, à remettre à la volonté céleste la décision du moment opportun:

Ainsi la douzième année du règne d’Assuérus, au premier mois, nommé nisan, le sort, qui s’appelle en hébreu phur, fut jeté dans l’urne devant Aman, pour savoir en quel mois et en quel jour devait périr la nation des Juifs ; et il sortit le douzième mois appelé adar. (Livre d’Esther, III, 7, trad. Sacy).

Sacy commente ainsi ce passage:

C’était la coutume des Perses et des nations voisines, de jeter le sort d’une certaine manière, et de rechercher par ce moyen quels seraient les jours malheureux et les jours heureux pour l’exécution de leurs desseins. […] Le démon trompait ainsi ces aveugles en leur promettant un avenir qui n’était pas en sa disposition.

Or, toute l’aventure d’Esther repose sur l’ironie d’un renversement carnavalesque des sorts, Aman prenant la place de Mardochée et vice-versa.

Bien sûr, à l’époque et dans le milieu de Racine, le carnaval profane suscitait la plus grande hostilité. Au cours du XVIIe siècle, et dans le cadre de la Réforme catholique qui fait suite au Concile de Trente, les autorités ecclésiastiques ont obtenu la disparition progressive des débordements qui caractérisaient la période de carnaval dans les sociétés traditionnelles.

Racine, ici, propose une célébration du carnaval compatible avec les enjeux pédagogiques et religieux qui président à la commande de Mme de Maintenon. Il chrisianise en quelque sorte le carnaval, à travers l’évocation de Pourim sur laquelle culmine sa pièce. Certains traits d’Esther peuvent s’éclairer selon les principes d’un carnavalesque chrétien:

  • Esther repose sur l’inversion, principe fondateur du carnaval. Dans les carnavals traditionnels,  les étudiants menaient un âne dans l’église lui faisaient occuper le siège de l’évêque. C’est bien à un cortège carnavalesque d’inversion qu’on assiste dans l’acte II, lorsque l’on voit le mendiant Mardochée déguisé en prince de Perse, et mené en cortège par le ministre Aman lui-même réduit au rôle d’esclave.
  • Inversion aussi au moment du dénouement: en vertu du principe de l’inversion des sorts, au centre de la cérémonie juive, Aman reçoit le sort réservé à Mardochée
  • Assuérus, dont Déborah Bloker a montré qu’il aimait le vin, la bonne chère, et faisait retentir le palais de ses mémorables colères, est aussi un héros au moins partiellement carnavalesque.
  • Esther déguise son identité
  • contraint de revêtir de pourpre Mardochée, est précisément en butte à la “dérision”
  • Le carnaval, fête joyeuse, explique l’euphorie qui termine la pièce: les jeunes Israélites promettent des “torrents de plaisir” au spectateur — mais ces plaisirs ne sont pas ici le fruit des licences alimentaires ou sexuelles, ils sont le fruit de la foi et de la Piété.
  • On peut considérer comme des déguisements de carnaval les somptueux costumes portés par les jeunes actrices.
  • Le temps du carnaval, et la toute relative levée des censures qu’il autorisait, permettait seul ces représentations théâtrales si sévèrement prohibées par les sourcilleux dévots de l’époque.

On comprend que, face à Esther, Mme de Sévigné ait pu hésiter entre “comédie” et “tragédie”. Le motif du carnaval se rencontre bien plus souvent dans la comédie: le Malade imaginaire (1673) est ainsi entièrement structuré par ce paradigme. On ne s’attendait pas à trouver le motif du carnaval dans une “tragédie tirée de l’Ecriture sainte”… Ne taxons pas pour autant trop vite Racine d’impiété subversive, surtout à Saint-Cyr: en fait, Racine propose avec Esther une conversion du carnaval profane en carnaval sacré, afin de divertir et d’instruire honnêtement les pensionnaires de Saint-Cyr. Proposer aux jeunes filles un carnaval qui n’aurait rien que de saint et d’innocent, tel paraît bien avoir été le projet de Racine, propre à expliquer le choix même du sujet d’Esther, et la plaisanterie que constitue le cortège central autour duquel s’organise la pièce.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.