“Temps et vision tragique”

Quelques remarques encore pour compléter nos observations sur le temps, ou plutôt les différentes strates de temporalité, dans Athalie. Nous empruntons à Gisèle Venet l’expression “temps et vision tragique”, si essentielle à la compréhension de notre tragédie.

Dans cette pièce, le tragique est lié au réglage du regard par rapport à ces différentes façons d’envisager le cours du temps.

  • Si l’on considère le court terme: il n’y a pas de tragique, la pièce se termine heureusement par la victoire des Juifs fidèles, et l’écrasement des “impies” et des “méchants.
  • Si l’on considère le moyen terme et la prophétie de Joad: l’on s’interroge sur l’obscurité des desseins de Dieu, et sur la trahison prévue de Joas; à quoi bon se battre pour un roi qui trahira et commettra un affreux meurtre fratricide? L’histoire semble gouvernée par le non-sens et l’absurdité, voire par la perversité d’une Fatalité à la grecque. Les desseins de Dieu restent illisibles, impénétrables. Il faut les respecter sans espérer en comprendre le secret.
  • Si l’on considère une perspective à long terme, avec les yeux de la Foi: les événements qui se déroulent dans pièce n’apparaissent que comme des épiphénomènes au regard des desseins de la Providence, qui embrassent toute l’Histoire. Le règne de Joas, quelque désastreux qu’il doive se révéler, est un épisode biblique qui paraît mineur et circonscrit, mais qui est essentiel à l’accomplissement d’un plan divin qui s’achèvera à la fin des temps, avec l’avènement de la nouvelle Jérusalem, et qui ne sera compris pleinement qu’à ce moment-là.

Les hommes ont les yeux au ras du sol, et ne peuvent complètement saisir les projets de Dieu sur le monde, tels qu’ils se révèlent dans l’Histoire. Racine semble illustrer ici la pensée de Pascal, qui estimait dans la liasse Vanité que, si l’on voyait de trop près ou de trop loin, on ne voyait rien. Il faut trouver le point fixe d’où tout prend sens, le point de perspective qui permette de saisir la cohérence d’ensemble du tableau. Ce point fixe, c’est ici la venue du Christ.

Pour Pascal, c’est la grâce de Dieu qui donne aux hommes ce point: ceux qui sont éclairés de la lumière du Ciel comprennent les desseins de Dieu sur le monde; ceux qui sont privés de cette lumière céleste ne voient dans l’histoire que chaos et succession de cataclysmes absurdes. La Foi seule nous permet d’accepter que les catastrophes de l’Histoire sont comme les ombres nécessaires qui font ressortir la lumière dans une peinture, et procèdent d’un programme divin dont le secret nous reste impénétrable.

Les personnages de la pièce restent dans le tragique: ne connaissant pas le Messie, ils ne comprennent pas exactement ce que veut Dieu, et doivent s’en remettre à la seule Foi: alors que l’Histoire enchaîne les catastrophes, et que Joas sera un mauvais roi, il faut quand même faire confiance à Dieu. Nous, spectateurs, voyons plus loin que le tragique où sont réduits les personnages: nous savons pourquoi il est essentiel que Joas reçoive l’onction royale.

Mais pour autant, nous ne sommes pas non plus omniscients, et le tragique auquel sont réduits les personnages nous concerne aussi. Leur situation historique peut être transposée à la nôtre: nous ne savons pas tout du plan de Dieu: l’Histoire telle qu’elle se déroule de nos jours reste encore en partie obscure. Le dessein divin ne sera révélé qu’à la fin des temps, lors de l’avènement de la Nouvelle Jérusalem. D’ici là, nous aussi, comme les Israélites du choeur, sommes réduits à faire confiance à l’Éternel, à sa Providence.

Nous reviendrons prochainement sur cette conception du tragique lié moins à l’action elle-même qu’aux dispositions du spectateur et à ses réactions aux événements, lorsque nous réfléchirons à la dialectique de la Fatalité et de la Providence, et que nous nous demanderons si c’est réellement “Dieu” qui a “tout conduit” dans Athalie. A suivre, donc…


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.