Athalie vue par Roger Planchon

“Vive la religion catholique, à bas les méchants”: telle était la façon dont Planchon voyait Athalie en 1980. Le directeur du TNP de Villeurbanne avait choisi de mettre en scène en parallèle une comédie de Molière jugée “libertine”, Dom Juan, pour l’opposer à la tragédie sacrée de Racine, qu’il considérait comme une “pièce de propagande” destinée à cautionner les plus horribles totalitarismes, et d’abord le règne de Louis XIV. La mise en scène exhibait cette dimension politico-religieuse d’Athalie, si l’on entend par là l’instrumentalisation de la religion institutionnelle au service d’une politique autoritaire voire théocratique: la coupole baroque mettait en évidence la dimension spectaculaire du catholicisme au XVIIe siècle, dont le but était d’impressionner les esprits pour mieux les subjuguer. Le jeu des acteurs, ce court extrait suffit à en prendre la mesure, nous représente des Israélites fanatisés par un grand-prêtre manipulateur.

Pour ma part, je ne souscris pas à cette conception d’Athalie, comme “pièce complètement folle”. La tragédie me paraît bien plus tragique et bien moins simpliste que ne le pensait Planchon, mais de telles interprétations, sans doute volontairement provocatrices, ont le mérite de nous contraindre à mettre au clair certaines conceptions de la religion qui ne sont plus les nôtres aujourd’hui, mais éclairent les intentions d’un dramaturge sans doute courtisan, mais point aussi aveuglément obscurantiste, on veut l’espérer…

On trouve peu d’extraits intéressants de nos pièces sur la Toile, celui-ci a au moins le mérite d’exister et de nous faire entendre quelques vers tirés de notre tragédie.

 

 

 



Citer ce billet
Tony Gheeraert (2017, 30 juillet). Athalie vue par Roger Planchon. « Par la grâce habité ». Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sqj4

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.