Le petit reste d’Israël

Racine affirme dans la préface d’Athalie avoir emprunté à Bossuet la périphrase “précieux reste de la maison de David” pour désigner Joas. On retrouve plusieurs occurrences de cet emploi du substantif “reste” dans la tragédie: “Du fidèle David c’est le précieux reste” (I, 2), et plus loin, dans la bouche du choeur: “Triste reste de nos rois” (IV, 6). Le thème est également au coeur d’Esther, où les Juifs survivants sont désignés comme les “restes de Jacob” (I, 3), tandis qu’Aman lui-même déclare, à propos des Hébreux, que seul un “déplorable reste” a pu “à peine” être sauvé (II, 1). On ne saurait surestimer l’importance de ce terme, qu’il faut entendre en un sens technique, et dont la compréhension est essentielle pour percevoir le sens général des deux pièces au programme. Il est même possible que cette importance accordée à la notion de “reste” puisse nous éclairer sur les raisons du choix opéré par Racine lorsqu’il opta pour les sujets d’Esther et Athalie.

Le vestige et la graine

La Bible est en effet traversée par la notion de “reste”. A plusieurs reprises dans l’Histoire, il apparaît que Dieu a châtié et exterminé (ou laissé exterminer) son peuple devenu rebelle. Mais à chaque fois, il s’est “réservé” un “reste” (shear ou sheêrit en hébreu). Le “reste d’Israël” désigne le petit groupe de survivants loyaux qui échappent à la punition, et assurent le renouveau d’une nation plus confiante dans les promesses de Dieu. Le terme de “reste” est donc particulièrement riche:

  • Il regarde vers le passé: le reste est un vestige, un résidu d’un monde en ruines ;
  • Mais il est aussi ce qui regarde l’avenir : dans la Septante, les traducteurs grecs de la Bible ont traduit shear par sperma, ce qui signifie, “semence”. Le “reste” est donc aussi une “graine”, le point de départ d’une vie nouvelle.  Ce “reste” qui échappe à la destruction permet de revivifier le peuple d’Israël, de le faire renaître de ses cendres.
  • Le “reste” assure la transition entre le passé et le futur. Il garantit un passage de témoin. Il permet la perpétuité de la foi, sans solution de continuité. Le “reste” préserve la petite flamme qui ne doit pas s’éteindre: la perpétuité de la foi constituait, aux yeux des théologiens de l’époque, et singulièrement de Pascal, un argument majeur de la vérité du christianisme. “Nulle secte ni religion n’a toujours été sur la terre que la religion chrétienne” écrivait en effet l’auteur des Pensées. Depuis l’origine du monde jusqu’à aujourd’hui, et jusqu’à la fin des temps, il y a eu et il y aura sur Terre des vrais croyants, fussent-ils en tout petit nombre. Les gardiens de la Vérité sont peu nombreux, comme nous en prévient saint Luc: “Ne craignez pas, petit troupeau” (Luc, 12, 32).
  • Le principe du “reste” oppose la foule des réprouvés, fussent-ils membres du peuple de Dieu, et le petit nombre des élus, comme en prévenait déjà Amos (9 :8-9, 11-15). Le salut ne concerne pas la majorité des hommes.

La doctrine du petit reste d’Israël (si l’on peut parler de doctrine) est confirmée par de nombreux moments de l’Histoire sainte:

  • Dieu décide la perte de l’humanité infidèle, et n’en exempte que Noé et sa famille (Genèse, 7, 23: “il ne demeura que Noé seul, et ceux qui étaient avec lui dans l’arche”).
  • Peu avant l’époque qui nous intéresse, alors que beaucoup de Juifs se sont laissés entraîner à adorer Baal, Dieu s’est réservé sept mille hommes fidèles (1 Rois, 19, 18),  sur lesquels pourra compter le prophète Elie, qui s’estimait tout seul.
  • Isaïe évoque à de nombreuses reprises le “reste d’Israël” qui survivra à la destruction de la nation (par exemple 1,9).
  • Esther et Mardochée incarnent également ce “reste” qui assurera la survie du peuple élu en proie aux persécutions.
  • Zorobabel rentre d’exil avec le “reste d’Israël”
  • Dans le Nouveau Testament: Jean-Baptiste, Anne, ou Siméon, qui attendaient la venue du Messie, constituent également à l’époque le “reste d’Israël”, les Juifs fidèles aux promesses de Dieu (Luc, 2, 38).
  • A la fin des temps, seul un reste de croyants se détournera de l’Antéchrist pour se tourner vers Jésus — les 144 000 élus portant le sceau.

L’Histoire est donc marquée par des phases d’extermination, auxquelles ne survit qu’un petit nombre, suffisant pour assurer la pérennité du peuple élu. C’est une règle générale, et non une série d’accidents, comme nous en prévient saint Paul: “Quand le nombre des enfants d’Israël serait égal à celui du sable sur la mer, il n’y en aura qu’un petit reste qui sera sauvé” (Ro. 9, 27).

Cette doctrine du reste explique pourquoi Athalie s’acharne avec autant de soin à la perte de ses héritiers: il s’agit de bien autre chose que de mettre à mort ses petits-enfants, ou de s’assurer le trône pour elle seule en éliminant les successeurs légitimes. L’enjeu n’est pas seulement politique, il est métaphysique: elle entreprend de contrarier le plan divin, d’entraver la Providence. Athalie est l’ennemie de Dieu. L’ardeur et l’énergie mises par Athalie pour étouffer toute trace de la race de David manifestent sa nature diabolique.

La Providence et la Grâce

Si la perspective providentielle fournit une première explication à l’importance prise par la notion de petit reste dans nos pièces, il en est une autre, liée à la question de la grâce, dont on sait qu’elle fut chère à Port-Royal.

Racine ne pouvait pas ne pas songer, en composant Athalie, au chapitre onze de l’Épître aux Romains, au début de laquelle saint Paul rappelle ce principe des restes d’Israël, et donne comme exemple le massacre des prophètes par Jézabel (“Seigneur, ils ont tué vos prophètes”, Ro, 11, 3). Or, dans ce même chapitre, Paul souligne que ce n’est pas leur foi qui a préservé le petit nombre d’élus à la fois du massacre et de la trahison: c’est le soutien de Dieu. C’est la grâce — une grâce accordée librement par l’Éternel, et non en fonction d’un mérite préalable propre aux élus — qui les a sauvés (versets 5 et 6, traduction Sacy):

Ainsi Dieu a sauvé en ce temps, selon l’élection de sa grâce, un petit nombre qu’il s’est réservé. Que si c’est par grâce ; ce n’est donc point par les œuvres; autrement la grâce ne serait plus grâce.

Le texte de Paul révèle une des raisons pour laquelle Racine a choisi le sujet d’Athalie:

  • d’abord, cet épisode lui permettait de mettre en scène des personnages (Joad, Josabeth, et Joas), indubitablement conduits par la grâce —  la grâce efficace, gratuite, indépendante de tout mérite, telle qu’Augustin l’a définie.
  • ensuite, Racine montre à travers le thème du reste que cette grâce ne concerne qu’un petit nombre d’élus, gardiens de la Vérité à travers les âges. Racine songeait-il à Port-Royal, et à la théologie exigeante défendue par ses amis augustiniens? Difficile de répondre à cette question; on comprend en tout cas que Quesnel et ses amis “jansénistes” aient interprété la pièce dans un sens qui leur était favorable, dans un contexte qui était celui d’une reprise des persécutions contre les amis du monastère.

La leçon d’Esther et Athalie est sévère: les deux tragédies rappellent que le salut effectif n’est réservé qu’à un tout petit nombre, ceux qui conservent un coeur pur et repentant, le petit “reste d’Israël”, prédestiné à être sauvé et à transmettre cette Loi dont Athalie commémore le don. Qui fixe le nom de ces bienheureux? En vertu de quels critères Dieu accorde-t-il aux uns la grâce qui leur permet d’oeuvrer pour le bien, et laisse-t-il les autres abandonnés à la masse de perdition? Le secret de sa Justice nous échappe. La prédestination est un mystère.

Conclusion

La doctrine du “reste d’Israël” permet de lier l’exercice de la Justice de Dieu à sa Miséricorde, selon un plan certes providentiel, mais dont le détail reste le plus souvent labyrinthique, y compris pour les acteurs du drame. Cette Justice pour nous impénétrable, qui oscille entre Grâce imméritée et Châtiment légitime, nous autorisera-t-on à la considérer comme tragique?



Citer ce billet
Tony Gheeraert (2017, 31 juillet). Le petit reste d’Israël. « Par la grâce habité ». Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sqj5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.